Conseil municipal du 12mars 2018 – Rythmes scolaires

Délibération sur le retour à la semaine des 4 jours.

Tout d’abord, on ne peut que regretter cette énième réforme. Un volonté de changement des rythmes scolaires maintes fois imposée par les gouvernements successifs aux collectivités aux enseignants aux parents mais surtout aux élèves.

Semble-t-il tout ça pour l’intérêt de l’enfant rien que pour lui!

On nous permettra de penser que ces dispositions « retour à la case départ » ne servent en rien l’objectif principal annoncé.

Tout juste, une déstabilisation des enseignants, des élèves, de leurs familles qui ne savent plus à qui se vouer mais aussi des mairies. Et tout le monde joue sur le dos des premiers concernés.

Preuve en est cette délibération.

Le retour à la semaine des 4 jours doit bien se faire sur une proposition conjointe de la mairie et d’un ou plusieurs conseils d’école mais reste en dernier ressort de la décision de la DASEN.

La démarche menée par votre équipe tel que c’est inscrit à l’article 2 s’est appuyée sur l’avis des parents des enseignants des services.

Vous avez oublié les conseils d’écoles dans cette liste bien que rappelé plus loin dans la délibération, mais ceux-ci n’apparaissent pas dans cette démarche globale. Vous auriez pu également pousser la réflexion jusqu’au conseil municipal des enfants, ceux qui sont en premier chef concernés. Cela aurait traduit une belle démarche de concertation citoyenne ! Mais bon…

Nous sommes bien conscients des difficultés rencontrées pour la mise en œuvre de cette réforme en 2014, initiée, il faut le rappeler par l’équipe précédente.

Un réforme insuffisamment préparée par le gouvernement ; souffrant d’un manque cruel d’aides budgétaires vers les communes et de fait entraînant des emplois plus que précaires.

L’évaluation du PEDT a néanmoins démontré une satisfaction des enfants et des familles sur les activités proposées. On peut que s’en réjouir.

Par contre, on ne peut pas vous laisser écrire que le rythme de l’enfant n’a pas vu d’amélioration suite à la mise en place de la réforme des rythmes scolaires. Une évaluation aurait donc été faite localement ou alors sont-ce vos propres conclusions ?

A priori au vu du compte-rendu du comité de suivi de décembre, les directeurs et directrices des écoles communales affirment que la semaine à 5 matinées d’enseignement est bien la meilleure organisation dans l’intérêt de l’enfant avec une plus grande attention de celui-ci le matin. Il est vrai que c’est différent pour les écoles maternelles ou l’impact sur les plus jeunes est notable. Mais là , ce sont bien les enseignants qui s’expriment ! Leur analyse peut être jugée sérieuse et respectable.

Dans ce même comité de suivi, la majorité des représentants des parents disent vouloir rester à 4,5 jours, et expriment un manque de concertation en amont.

Malgré tout, les avis des conseils d’écoles divergent.

Il est écrit que certains parents élus aux conseil d’école n’auraient pas voulu prendre de décision à la place des parents d’élèves.

Cela nous interpelle. Il s’agit pour les parents élus quand ils sont élus représentants, de prendre toute la mesure de cette responsabilité.

La consultation par le biais du questionnaire transmis et réalisé par les services en dehors de toute démarche de concertation avec les enseignants parents élus et services n’était pas nécessaire et semble bien avoir tronqué les prises de décision.

En amont une concertation élus parents élus enseignants aurait du être entreprise. Pour rappeler à tous que la prise de décision leur revenait, qu’ils étaient bien dans leur rôle et d’assumer pleinement leurs responsabilité.

Trop de consultation tue la hiérarchie établie dans la démarche annoncée. Et c’est regrettable.

Tout le monde a fini par oublier le vrai impact sur le quotidien : l’enfant pour la énième fois devra se réadapter sans rechigner à son nouveau rythme, la famille devra se réorganiser et peut-être renégocier avec son employeur des emplois du temps et payer les modes de garde adaptés aux contraintes individuelles.

L’intérêt de l’enfant que vous prôniez lors de vos vœux, est encore une fois laissé sur le carreau.

L’intérêt de nos enfants n’a donc pas pesé lourd face aux contraintes d’organisation soi-disant avec Hennebont. Nous aurions pu passer outre et nous organiser autrement. Mais aussi face aux contraintes budgétaires qui étaient bien avant tout ce remue ménage, le point d’achoppement principal relevé et annoncé par votre équipe.