Quand l’opposition est au « théâtre », la majorité fait son cinéma

Ce titre est sûrement abscons pour qui n’était pas au CM de février dernier.

Aussi voici quelques explications.
Il est de rigueur, lors des CM, que Mme Le Maire demande à l’assemblée, suite à l’énoncé des bordereaux, si des personnes souhaitent s’exprimer, faire des remarques ou poser des questions.
Jusqu’à présent l’opposition intervient régulièrement pour donner son point de vue, exprimer ses désaccords, faire des propositions, analyser les tenants et aboutissants des choix municipaux etc…
Ces interventions se sont toujours faites après avoir demandé la parole à Mme le Maire par un lever de main simple mais volontaire. C’est tout au moins ce qui se passe du côté de l’opposition car dans les rangs de la majorité nous ne voyons généralement qu’une seule tête et n’entendons qu’une parole hormis les litanies de chiffres ou les lectures fastidieuses de ce que tout le monde a déjà sous les yeux. Mais pour faire cela, Mme Le maire préfère demander à ses adjoints de lire les textes ,car il est vrai qu’on ne peut pas tout faire toute seule et il faut bien pour ces pertinents intervenants justifier leurs indemnités d’adjoint(e)s délégué(e)s !

Or donc, au dernier CM, suite à un bordereau lu, la question de rigueur « y-a-t-il des remarques ? » est formulée et une élue de l’opposition lève franchement la main pour prendre la parole.
Et là ! Stupeur sur notre banc, Mme le Maire tance vertement notre élue en lui reprochant de lever trop haut la main, de le faire de façon trop ostentatoire, et finalement la prie de faire preuve de plus de retenue voire de respect.

Diantre !

Nous échangeâmes sur le moment quelques regards interrogatifs entre nous. Mais notre collègue exprima sans coup férir son étonnement précisant que c’était là une habitude acquise que de lever la main et que rien dans son attitude ne voulait être irrespectueux ou rebelle.

Bref, la question fut posée et la réponse apportée, même si elle ne fut pas satisfaisante, et nous passâmes à la suite.

Autre bordereau, et donc autre question de la part d’un élu, mais là : attention prudence !!

Comment éviter, en demandant la parole, une nouvelle volée de bois vert qui pourrait faire de nous la risée de tous et nous mettre au ban des insoumis irresponsables et incapables de socialisation normée dans un Conseil Municipal.
Du tac au tac l’élu s’est adapté.
Le reproche était de lever trop haut la main et de façon trop virulente ? soit ! Proposons donc trois niveaux différents de hauteur de main, doublés d’une gestuelle très souple voire timorée et laissons à notre édile locale un choix suffisant pour la contenter dans la forme.
Et bien que nenni ! La volée de bois vert fut inévitable ! Les foudres de la sus-dite édile locale s’abattirent sans pitié sur le pauvre élu d’opposition :
« Mais enfin Monsieur ! Que cela signifie-t-il ? N’avez vous pas compris ce que j’ai expliqué à votre collègue, et avec le sourire de surcroît ? Je vous rappellerais que nous ne sommes pas ici au théâtre et que nous traitons de choses sérieuses ? »

Oups !! Boulette !!
Le coupable élu incriminé, après une tentative désespérée de rattrapage vantant ses qualités innées d’acteur, bredouilla sa question et attendit la réponse de la chef de rang. Comme d’habitude elle fut très médiocre mais cela fait aussi partie des habitudes communément admises dans nos Conseil Municipaux et plus personne ne s’en offusque.

Et voila l’anecdote ! quel cinéma pour si peu de chose !!! Quel temps passé pour écrire ces quelques lignes apparemment futiles mais néanmoins si nécessaires pour relater une réalité de comportements dans ces instances où l’on érige comme valeur de base un soit disant sérieux. C’est pourtant bien une pièce de théâtre qui se joue régulièrement dans cette fameuse salle du Conseil.
C’est bien Mme le Maire, la metteuse en scène, qui s’évertue, selon ses propres représentations, à contraindre chacun à un rôle qu’elle a décidé de lui assigner.
Où sont ses belles paroles de vouloir faire de la politique autrement avec les citoyens alors qu’elle ne fait qu’endosser le costume d’une réactionnaire garante du maintien des petits pouvoirs d’élus locaux avides de l’ancrage de leurs baronnies ?

Certes dans les propos tenus publiquement par la majorité nous entendons des mots qui pourraient donner l’illusion d’une volonté de coopération respectueuses des idées d’autrui, des mots qui pourraient faire croire à la construction un nouveau système démocratique. Mais regardons les choses en face, Madame le Maire est au pouvoir grâce à la démocratie représentative et c’est bien celle là qu’elle ne peut aujourd’hui que défendre car elle en a retiré toute sa légitimité de maire. Il n’y a pas pire ennemie de l’utopie que la violence des principes de réalité.
Qu’elle ne fasse pas croire avec tout son cinéma qu’elle veut changer les systèmes alors qu’elle ne fait que développer une méthode de gouvernance autoritaire obligatoire pour gérer la diversité de son équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.