Bordereau 3 sur les subventions municipales

L’ADMR entre autres n’apparait plus dans cette délibération.
Pour vous et selon vos termes en commission, « c’est un service concurrent à ce que la collectivité propose! Et il appartient à la collectivité d’optimiser ce service d’aide à la personne. »
L’ADMR contrairement à vos propos n’a jamais été considérée comme concurrente mais comme complémentaire aux services municipaux en place, ne serait-ce qu’à considérer le service de nuit par exemple. Il vous appartient effectivement de mettre en place des moyens supplémentaires de formation envers nos agents si vous souhaitez vous désolidariser de cette association mais au regard des dispositions prévues au budget CCAS cela ne semble pas en être le cas. Il vous appartiendra également d’expliquer aux agents habitant la commune travaillant pour cette association ainsi qu’aux personnes aidées sur notre commune de vos choix autrement que dans une commission ou en conseil municipal.

Pour ce qui concerne la subvention au CAEC, on peut aisément imaginer après les épisodes médiatiques sur ce sujet, que si vous n’aviez pas été gênée un tant soit peu par les propos tenus par le président et la vice-présidente de cette association lors de l’assemblée générale ou aucun élu de votre majorité était présent, que vous n’auriez pas répondu à leurs demandes répétées .
Cette association est active sur les communes d’Hennebont et d’Inzinzac et emploie près de 37 personnes habitant la commune

Nouveaux concepts à la Mairie d’Inzinzac-Lochrist : La gauche est clivante, la droite fédératrice!

« Lundi 4 juillet 2016, jour de Conseil Municipal, les personnes présentes ont pu assister à une passe d’arme virulente entre majorité et opposition sur les questions culturelles et notamment sur la place des écoles d’arts (musique, danse, art plastique, etc.) dans le futur EPCC.
« Quel antagonisme ! » Me direz-vous au vu de l’objet des débats!
Bien sûr, que les questions culturelles ne peuvent pas être accolées au groupe de mots « passe d’arme » à moins que ce ne soit en dernier recours, que pour la défendre. Cette juxtaposition devrait être intrinsèquement contraire à l’esprit même de la culture.
Certes un certain Goering, lorsqu’il entendait le mot culture sortait son révolver, mais ici je ne ferai jamais d’amalgames douteux et déplacés dans notre contexte communal, c’est juste un point de mémoire collective que je ravive pour la culture générale de tous.
Or donc, revenons à nos moutons, dans ces termes je ne parle pas de la majorité puisque leur votes divergents à ce CM commencent à nous prouver leurs dissensions internes qui pourraient même être les prémisses d’une affirmation de courants idéologiques pas si en accord que cela entre eux, voire d’une rébellion.
Or donc, disais-je, le bordereau en question nous a amené à poser un certain nombre de demandes d’éclaircissements par la parole de Francette CHAULOUX, qui je le rappelle a été l’initiatrice du projet d’EPPC sur notre territoire intercommunal.
Ses questions portaient donc sur les postes de coordinations, les lieux de pratique des cours, les facilités quotidiennes que les familles attendent pour permettre à leurs enfants d’accéder à l’éveil et au perfectionnement culturel ; bref des choses « banales » pour permettre la qualité de vie de nos administrés.
« Ma Doué benniguet !! » que n’avait-elle pas osé faire là !!!
Ca n’a fait ni une, ni deux, l’adjointe à la culture était sur les barricades, peut-être un relent des manifestations passées, mais droite dans ses bottes, le regard impassible, le verbe haut et assuré, nous entendîmes fuser un : « mais qu’est-ce que c’est que ces questions suspicieuses ? Que sous-entendez vous ? Vous refusez de valider notre travail si empreint de bonnes intentions fédératrices ? Vous souhaitez cliver les enseignements et les communes ! Et si des cours ont été supprimés l’an dernier c’est bien parce que les professeurs refusent nos décisions d’organisation pour leurs raisons personnelles ! »
A cause d’une simple critique organisationnelle et de questions légitimes de la part du groupe d’opposition, nous étions sans coup férir cloués au pilori.
De plus, nous avons été accusés de volonté délibérée de créer du clivage entre les deux communes, de générer des freins dans la démarche de création de l’EPCC élargie aux écoles d’arts, en fait de n’être que des bons à rien simplement capables de dénigrement.
Ce n’est quand même pas nous qui avons décliné l’idée d’étude de fusion avec Hennebont alors que l’EPCC en est tout simplement un laboratoire ! Les nouvelles communes ça existent déjà !
Non, Madame l’adjointe à la culture, nous vous rappelons que vous ne faites que surfer sur l’histoire d’une commune à gauche depuis des dizaines années, sur les réalisations et les initiatives d’équipes d’élus exclusivement de gauche qui ont su porter haut les valeurs de la diffusion et de l’action culturelles pour tous avec des budgets toujours préservés tout comme pour le social et la jeunesse.
Vous n’êtes et ne serez qu’un maillon au service de vos administrés…. un peu d’humilité et soyez à la hauteur !!
Alors s’il vous plaît baissez les armes, respectez l’histoire et le travail de vos prédécesseurs, ils ont été et seront encore bien meilleurs que vous.
Pour finir un dernier conseil, qui pour moi est plein de sens, et le sens est ce qui caractérise le mieux la culture : écoutez votre Maire, Mesdames et Messieurs de la majorité, lorsqu’elle vous dit qu’il est dommage de guerroyer sur ces questions culturelles tellement préservées chez nous : elle a RAISON (en toute humilité) !!! »

Christian

Non, la situation financière de la commune n’est pas catastrophique!

Nous ne pouvons laisser dire et écrire par la majorité que nous avons laissé des finances dans un état désastreux. Chaque occasion est bonne pour Mme le maire de s’opposer à toutes sollicitations ou projets et de justifier l’impossibilité de les réaliser au vu du soi-disant héritage financier que l’ancienne équipe lui aurait laissé.

Dans le Débat d’Orientations Budgétaires de décembre dernier , Mme le maire et son équipe ont fait une fixation sur les emprunts et leurs remboursement contractés lors des derniers mandats .

Quelle a été la stratégie budgétaire de l’équipe municipale précédente?

Entre 2007 et 2013, la commune a fait 3 emprunts de 1 Million d’Euro chacun. Ils ont servi à financer des réalisations dont chacun bénéficie quotidiennement :

– Une salle de spectacle digne de ce nom qui contribue au développement culturel et artistique de la commune.

– Des améliorations d’envergure de nos Services publics de proximité, (secteur enfance, scolaire…),

– La transformation et l’embellissement de nos centres bourgs qui garantissent un mieux vivre dans notre commune…

Tous ces investissements ont été mûrement réfléchis, sainement gérés et jamais la capacité de désendettement de la commune n’a été mise à mal ! Bien au contraire nous avons toujours réussi à la stabiliser autour de 7 ans loin du seuil des 10 années pour lequel nous devrions nous alarmer.

La municipalité fait donc le choix de ne pas faire de nouvel emprunt. L’investissement sera limité au minimum et aucun Plan Pluriannuel d’Investissement n’est à ce jour ni écrit ni pensé.

Nous ne pouvons valider de telles orientations. Un budget municipal ne se gère pas comme celui d’un ménage.

Il est essentiel pour le développement communal de faire des investissements et de maintenir de l’activité. Certes nous partageons l’idée que chaque collectivité doit optimiser ses investissements et son fonctionnement mais de là à ponctionner lourdement tout projet qu’il soit social, économique ou associatif, il y a un pas que nous refusons de voir franchi.

Notre groupe, conscient du contexte actuel compliqué, restera toutefois très vigilant face aux décisions (ou plutôt aux manques de décisions) qui impacteront l’avenir de notre commune.

Texte en réponse à l’intervention du maire OF du 03/04/2015

Notre vérité
Car nous ne sommes jamais mieux servis que par nous-mêmes (cf la « traduction » faite par la presse ce vendredi matin de notre réponse suite à l’intervention du maire dans le OF du jeudi 3 avril).
« Madame le maire a pour fâcheuse habitude en usant de son autorité, de clore rapidement les débats en Conseil municipal. Elle ne supporte pas nos interventions et ne veut pas entendre nos propos. Nous découvrons avec stupéfaction qu’elle abuserait de cette autorité pour critiquer son (car signé par elle) propre compte-rendu du conseil du 16 février pour revenir sur des points importants auxquels elle n’a pu faire face en séance.
Elle a été piquée au vif par une remarque de l’opposition découvrant qu’elle ne propose aucune politique du logement dans son projet. Et pour la première fois en un an d’exercice on finit pour l’entendre parler de taux de logements sociaux lors de l’entame de cette séance? Elle nous ressasse la mise en œuvre de lotissements que nous avions, nous, décidés avant 2014 dont le prix négocié à l’époque était le prix du marché. Le promoteur n’aurait pas accepté la négociation si le prix avait été surévalué et si les ventes sont plus difficiles aujourd’hui, nous n’y sommes pour rien.
L’augmentation de la ligne de cotisation retraite complémentaire a été demandée par quelques uns de ses élus, ne lui en déplaise! Elle existait d’ailleurs avant mais été optionnelle. Permettre aux élus de s’affilier à l’organisme de retraite pour se consacrer à leur fonction c’est normal mais doubler les taux et en faire supporter la charge financière à la collectivité c’est une autre affaire. Nous sommes intervenus au conseil de février et dans le bulletin municipal et nous pensons que sans notre intervention ce point n’aurait pas été modifié.
Au sujet des indemnités des élus et face à une situation financière plus contrainte en 2014 comparée à 2008, alors que l’on a pu observer dans beaucoup de communes voisines que les équipes faisaient le choix de diminuer leurs indemnités à leurs prises de fonction, on peut déplorer l’augmentation que se sont octroyés les membres de l’équipe de madame le maire. Nous tenons aussi à rappeler que nous leur avons fait revoir la répartition de leurs indemnités qu’ils s’étaient octroyés en toute illégalité. »
Le groupe d’opposition
oppositioninzinzaclochrist.fr

« Des changements lents à se dessiner » O-F 25 Avril 2015

Inzinzac-Lochrist – OUEST-FRANCE du 25 Avril 2015
Le groupe d’opposition mené par Yves Péran, adjoint au maire PS dans l’ancienne municipalité, dresse un bilan bien terne de l’action menée depuis un an. Il le dit dans son bulletin d’avril.
« Notre volonté était bien de laisser l’équipe élue s’installer et ainsi permettre à la population d’observer d’elle-même ces changements, assure le groupe. Et les changements politiques communaux et une vision d’avenir de notre commune sont lents à se dessiner ».
Les élus minoritaires admettent que le contexte financier est bien là et qu’il n’est pas question de l’occulter.
Cependant, « plutôt que de remettre de l’argent dans des études qui ont par ailleurs été faites sur des dossiers comme la zone des Forges ou la petite enfance pour ne citer qu’eux, de nouvelles propositions concrètes et politiques étaient attendues…
La création de maisons d’assistantes maternelles de leur programme n’est toujours pas
d’actualité.
La maison médicale non plus.
Qu’en est-il de l’aménagement de la Charpenterie, de la future salle polyvalente… et du nouvel Ehpad ? »
Concernant le dossier de la zone des forges, le groupe s’inquiète de son devenir « face à la volonté de la nouvelle municipalité d’y installer des activités industrielles. Cette zone est polluée. Nous avions mis en oeuvre la réhabilitation de ce site et le traitement de cette pollution en y installant des logements et des commerces…
Si la municipalité souhaite à tout prix conserver et accueillir les entreprises sur cette zone, il faudra qu’elle prenne en compte l’impact environnemental et sanitaire pour que les employés puissent exercer leurs métiers dans les meilleures conditions. »
Le groupe estime enfin que les conditions d’un débat entre l’opposition et la majorité ne sont pas réunies. « Notre expression en conseil municipal se trouve muselée par une attitude autoritaire du maire s’employant à clore les semblants de débat qu’elle veut bien accepter en conseil. »

Conseil municipal du 08 février 2016

FINANCES

BUDGET PRIMITIF

Nous allons voter contre ces bordereaux.

Vous pouvez vous auto-satisfaire et revendiquer à tout va le désendettement de la commune et ne faire que des travaux principalement de voiries (plus de 740 000€ prévu en 2016) et autres travaux sur les bâtiments communaux dans le cadre du plan d’accessibilité qui sont eux obligatoires.

Les prévisions 2016 rien de nouveau :
– rue du blavet la continuité
– base nautique : comme dit précédemment nous n’avons aucune vision de ce projet, le seul constat que nous pouvons faire est que vous n’inscrivez qu’une ligne budgétaire de 37 600€, juste de quoi démarrer le chantier à la fin de l’année
– quelques études supplémentaires pour 70 000€ alors que nous attendons les résultats de celles réalisées en 2015

En ce qui concerne les recettes, reconnaissez que lors de la commission finance le « merci Kermat » prononcé par M.Lechard au regard des plus de 600 000€ allouées par Lorient Agglomération est apparu comme un réel satisfécit pour ce site qui était pourtant votre cible privilégiée durant votre campagne.

Vous pouvez d’autre part critiquer et attaquer dans la presse ou devant les habitants, la gestion municipale précédente. Mais sachez que nos concitoyens ne sont pas dupes.
Ils sont pour la plupart conscients de la politique menée lors des mandats précédents, une politique volontariste affichée nettement et visible par tous.

Regardez les chiffres 2015 : vous les obtenez grâce à l’héritage que nous vous avons laissé !

Vous ? Vous, vous cantonnez à parler de votre action salvatrice du désendettement. Ce dernier est réel mais votre stratégie est mauvaise car elle n’a que des visées à très court terme, rapidement nos concitoyens devront mettre la main à la poche.

Nous ne voyons poindre aucun horizon d’avenir pour notre commune et encore moins dans ce budget 2016.

Il n’existe aucune politique d’urbanisation et de développement de services sur lesquels vous avez été élus.

Aucun plan pluriannuel d’investissement qui incarnerait les prémices d’une vision éclairée et ambitieuse ;
Juste des options de gestion consistant à alimenter les recettes d’investissement par l’excédent de fonctionnement (1 700 000 € pour 2015),

Et même avec un tel résultat excédentaire vous continuez à argumenter que les associations doivent faire des efforts, auront moins de subventions et devront payer les services auparavant offerts par la municipalité ?

Comptez sur nous pour vous en reparler encore et encore lorsque chacun aura constaté l’effondrement de notre épargne ce qui sera alors synonyme d’une obligation pour Inzinzac-Lochrist d’augmenter les impôts ou d’avoir recours à l’emprunt tant redouté. Mais ça vous ne le dites pas !

Conseil municipal du 08 février 2016

FINANCES

COMPTE ADMINISTRATIF
Nous avions voté contre le budget primitif 2015, en toute logique nous voterons contre le bilan comptable.
Notre seule remarque portera sur les dotations. En comparant les résultats de 2014 et 2015, il apparaît que les dotations sont en hausses de près de 5% contrairement à ce qui a été annoncé et que vous avez à de nombreuses fois relayé.

Entre 2012 et 2015 le FPIC fond national de péréquation des ressources intercommunales et communales est venu compenser la baisse de la Dotation Globale de Fonctionnement

Conseil municipal du 08 février 2016

Délibération n° 6 : Demande de subvention pour les Laminoirs
« Nous allons voter contre ce bordereau.
Ce n’est pas notre projet, c’est le votre. Nous avions et avons toujours une vision différente du devenir de ces lieux.
De plus, nous ne discernons de votre part aucune vision à long terme pour cette zone et nous sommes, comme beaucoup de nos concitoyens, dans l’attente de vos éventuels projets et des explications qui vont avec.
Quoiqu’il en soit, en 2015 vous aviez prévu un montant de 100 000€ dont près de 21 000€ seulement ont été engagés. Quelles en sont les raisons ?

Vous remettez au budget 2016 une ligne de 100 000€ mais pour faire quoi ?

Concernant l’étude prévue, certes un propriétaire se doit à des obligations envers son locataire, mais ce bordereau son libellé ne laisse rien transparaître sur les enjeux d’avenir de cette étude, qu’entendez vous par : « un phasage cohérent avec son devenir » ?
Est-ce le devenir d’un bâtiment communal avec un projet de développement et auquel cas, quel est-il ? Ou serait-ce uniquement le devenir de l’entreprise privée locataire ?
C’est bien vous, Madame Le Maire, la commanditaire de cette étude, alors quels en sont concrètement les attentes, autres que techniques, que vous avez concoctés ? »

Conseil municipal du 08 février 2016

Délibération n° 5 : Demande de subvention pour la base nautique.
Vote pour.
Après la subvention du député de la circonscription , voici une nouvelle demande de subvention pour la base nautique.
Nous entendons parler depuis deux ans en conseil municipal de cette réhabilitation et encore dernièrement lors des vœux au mois de janvier.
Permettez nous de constater que toujours rien ne démarre malgré les bons sentiments déployés et annoncés.

On peut entendre qu’un projet ai été élaboré et même pensé, pour un montant d’opération de
370 000€ sauf qu’il n’y a pas de commission pour en parler. Aucune information ne transparait. Il serait temps de concrétiser et surtout, pour nous opposition, d’avoir enfin des éléments clairs du projet, avant de se retrouver devant un nouveau bordereau de demande de subvention au prochain conseil.

BIENVENUE

Nous avons souhaité ouvrir cet espace d’information communale à destination du plus grand nombre.
Nous avons pris le parti de ne pas déjuger trop hâtivement la mise en place, voulue démocratiquement par la population, de la nouvelle équipe. Mais surtout, permettre à la celle-ci d’observer d’elle-même ces changements… s’il en est?
1 an correspond raisonnablement à une période d’installation et de mise en œuvre d’une politique cohérente avec le programme pour lequel l’équipe actuelle a été élue.
Et force est de constater que l’attente est longue et que les changements politiques communaux et une vision d’avenir de notre commune sont lents à se dessiner.
Vous trouverez dans ces pages l’expression notre groupe, étant donné que celle-ci en Conseil Municipal se trouve muselée par une attitude autoritaire du nouveau maire s’employant à clore le plus rapidement possible, les semblants de débats qu’elle veut bien accepter en conseil.
Vous trouverez donc les compte-rendu de ces conseils municipaux qui se retrouvent tronqués tout comme ceux des commissions et que nous dénonçons, car ne faisant pas apparaître l’expression réelle de vos conseillers de l’opposition lors de ces instances.
Pour nous, conseillers de l’opposition, forts des 46.64 % des électeurs d’Inzinzac-Lochrist qui ont voté pour notre liste, nous voulons offrir à la population, la possibilité de participer aux débats politiques locaux par la suggestion, le dialogue, la réflexion et la contestation si nécessaire.
Beaucoup dans la commune nous interpellent, nous soutiennent et attendent de notre part une telle démarche.
Alors cet espace est en devenir et s’agrémentera au fil de l’eau de nos expressions et réflexions communes.
Yves Péran, Francette Chauloux, Pascal Le Bourlout, Annick Haurant, Catherine Le Toullec, Christian Le Bourdonnec